Écrire aux emprisonné-es : pourquoi et comment ?

Ecrire à un prisonnier politique, où prisonnier de guerre, soutien concrètement les détenus. Le contenu de la lettre doit impérativement être sans risque pour son destinataire.

Ces correspondances brisent non seulement leur isolement,  les tiennent à jour,mais elles resserrent aussi les liens militants.
Le détenu reste en contact avec le mouvement pour lequel il milite.
Ce n’est en rien une question de charité, nous avons beaucoup a apprendre sur le quotidien dune personne incarcérée, de l isolation, la solitude, la réclusion…
Quel que soit le moyen qu ils ont pour s évader un instant, oublier leur cage, sortir de cette grisaille, ces ponts vers la liberté sont importants. Leur écrire en crée un.

Qu’écrire ?

La première lettre est difficile à rédiger. Ça peut être intimidant. Les mots peuvent manquer. C’est naturel, mais quoi qu’il en soit il ne s’agit que dune lettre, pas de panique! Essaie juste de rester cohérent au maximum !

Pour un premier contact, l’introduction peut résumer comment vous avez connu ce prisonnier, écrire quelques lignes à propos de vous. Racontez ce que vous aimez, vos passions. Même des banalités conviennent au début. Au fil de votre correspondance vous connaîtrez mieux vos points communs, et vos conversations prendront une dimension plus humaine, et amicale.

Précautions

Certaines prisons n autorisent ni les cartes postales ni des lettres rédigées au marqueur permanent, au crayon gris, ou au crayons de couleur, ni avec des stylos fantaisie. .  Il est préférable de vérifier ces conditions avec le prisonnier à l’avance. Cela dit, il est généralement préférable d’écrire avec un stylo classique à l’encre bleue ou noire.

Vous pouvez joindre des articles de journaux, ou d’autres coupures de magazines. Vous pouvez également imprimer ces articles vous même. Quant aux photos, certains détenus n’ont droit d’en posséder  qu’un nombre limité , vérifiez ça aussi avec votre correspondant.

Si vous envoyez plus d’une lettre,  étiquetez sur l’enveloppe son contenu,  énumérez le nombre de pages et précisez la présence éventuelle de coupures, photos etc. Fréquemment les détenus reçoivent des lettres sans enveloppe: numérotez chaque page en y indiquant également le nombre total, de manière à faire savoir s’il en manque à son vrai destinataire.
Un autre détail, assurez-vous d’inclure votre adresse de retour à l’intérieur de la lettre ainsi que sur l’enveloppe.

Conseils

Attention, ne faites pas de fausses promesses, n’écrivez que ce que vous ferez réellement. Cela devrait aller sans dire, mais ce n’est pas une bonne idée de prendre des engagements. De même, si vous ne pouvez pas maintenir la correspondance,  faites le savoir à l’avance. A l’inverse, si vous voulez la maintenir, faites le leur savoir.

Si vous écrivez à quelqu’un qui est en provisoire, ne posez pas de questions sur leur cas. Discutez de ce qu’est accusé d’avoir fait le prisonnier peut facilement revenir le hanter lors du procès ou des négociations.
Ne valorisez pas la personne à qui vous écrivez. Gardez à l’esprit que ce sont des gens issus des mêmes mouvements et communautés que vous. Ils ne cherchent pas l’adoration, simplement entretenir une correspondance.

Enfin, n écrivez pas tout ce qui pourrait nuire au prisonnier, lu par un flic, un juge, ou qui pourrait être mal interprété.   Ne parlez en aucun cas de ce qui a lieu dans les locaux militants, pas dadresse non plus.

Ce n’est pas une interdiction, juste du bon sens, la base de survie de notre mouvement.

Il est impératif que nous continuions nos actions , y compris le soutien des prisonniers politiques et des prisonniers de guerre, pour aller vers l’abolition de l’État, du capitalisme , et de toute oppression .

Il est également impératif que nous le faisons d’une manière qui est intelligente, stratégique et durable .

Laisser un commentaire